­

La Conférence du Rétablissement Forum Témoignages Sans logement, y a-t-il un rétablissement possible ?

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Articles
  • Mimu
    Participant
    Post count: 3
    #1840 |

    Je suis la mère d’une jeune femme de 28 ans qui souffre d’un trouble type état-limite et de plusieurs addictions. Après une  première cure, en 2009, il y a eu une période de “rémission” d’environ 3 ans. Et depuis, 2012, ce sont les “montagnes russes”, des états de crise alternant avec des temps de calme tout relatif. Ma fille a perdu son travail et son logement. Elle a néanmoins réussi, comme elle le pouvait, à poursuivre ses soins au Csapa et à prendre son traitement (avec des périodes d’arrêt). Elle a néanmoins fait de multiples démarches pour demander un hébergement en suivant toutes les procédures (elle a une priorité DAHO). Elle a écrit d’innombrables mails, a rencontré les élus de la mairie parisienne de l’arrondissement où nous avons habité pendant environ 30 ans. Elle s’est déplacée au service social et continue de le faire. Elle multiplie les hébergements précaires et est parfois obligée de se rendre en Bretagne pour se faire héberger chez ses grands-parents. Après une période indemnisée par Pôle emploi, elle va percevoir le RSA. Elle a une reconnaissance de travailleur handicapé. Depuis quelques semaines, je l’héberge en lointaine banlieue parisienne. Je peux me rendre compte au quotidien  de ses difficultés, des énormes efforts qu’elle peut faire pour se rétablir. Elle se déplace sur Paris plusieurs fois par semaine pour rencontrer les travailleurs sociaux et sa conseillère Pôle emploi (alors qu’elle est agoraphobe). Elle a obtenu plusieurs entretiens professionnels et est en voie de signer un contrat de qualification. Mais comment  pourra t-elle honorer ses engagements : ponctualité, assiduité, concentration si elle n’a pas de logement sur Paris. Pourquoi est-ce la double peine pour les malades psychiques ? Ils doivent déployer plus d’énergie, plus d’efforts que les valides.  Cela n’est pas l’égalité des chances que prône la loi de 2005 !  Et le droit à la compensation ! Comment peut-on donc se rétablir sans toit ? Le droit au logement est pourtant un droit fondamental.

    SolUsagersPsy
    Participant
    Post count: 21

    Bonjour,

    Vous avez raison de dire que le fait de rechercher un logement demande énormément d’énergie. Et est un gros facteur de stress.

    Sur la région parisienne, même si vous relevez du DALO ou du DAHO, les délais d’attente sont longs, bien trop longs. Pendant ce temps là, les personnes peuvent voir malheureusement leur état de santé (physique comme psychique) se dégrader.

    On sait aussi que le fait d’être logé, de se sentir en sécurité dans un logement à soi, permettra d’appréhender bien mieux la reprise d’un travail. Et que le logement est donc une étape primordiale.

    Votre fille semble avoir fait les démarches de base : dossier de demande de logement social / dossier DALO (via le SIAO). Est-ce qu’elle a un travailleur social au sein du CSAPA qui la suit ? ou dans un autre service social ? Dans ce dernier cas, celui-ci est-il en lien avec l’équipe médicale qui la suit ? (qui parfois a des contacts “réseau” que le travailleur social n’a pas…)

    Il existe aussi des structures d’hébergement autres que le logement autonome (en parc public ou privé), dont certaines sont bien adaptées pour une personne ayant un trouble psychique et qui n’est pas forcément prête à vivre dans un logement autonome tout de suite. Je pense par ex aux appartements thérapeutiques.

    Sur mon site, il y a toute une thématique autour du logement, qui vous donnera, à vous et/ou à votre fille, peut-être des idées : Se loger – cf aussi le plan détaillé de cette thématique.

    Il existe aussi un dispositif spécifique (qui sera d’ailleurs présenté lors de la conférence du 25 mars), “Un chez soi d’abord“, où le logement est considéré comme un préalable à l’insertion, et qui est un dispositif réservé aux personnes ayant un trouble psychique. J’en parle ici.

    Bon courage à vous, et bien sûr à votre fille !

    Catherine

     

     

     

     

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.